Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum




Taxis contre UberPop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Taxis contre UberPop

Message par Résistance politique le Dim 5 Juil - 20:28



Les taxis sont très mécontents d’UberPop. Il faut dire qu’à force d’avoir bétonné autour de leur monopole, ils prêtent le flanc à une explosion de la concurrence !

La fameuse « licence »  qui vaut si cher est à l’origine un acte administratif municipal gratuit. Elle autorise, sous réserve de vérification des connaissances nécessaires, à exercer la profession de taxi. Mais les chauffeurs ont exigé que les villes ne délivrent plus cette licence, laquelle est devenue cessible entre-temps. Comme pour la « licence IV », autorisant un commerçant à servir des boissons au verre : elle n’est plus délivrée, mais elle est cessible... Plus la demande est forte, plus le « prix » de la licence s’envole ! Pour la licence IV, la demande est à peu près stable, et elle plafonne à quelques milliers d’euros. Pour la licence de taxi, la profession a organisé à un tel point la pénurie que la demande explose. 

La conséquence, favorable dans un premier temps pour les taxis, a été une augmentation du prix de la licence. Il n’est pas rare que dans certaines grandes villes, celle-ci atteigne le prix d’une maison. Mais la concurrence a nécessairement fait son apparition dans un tel contexte. On a d’abord vu des taxis clandestins à proximité des gares et des aéroports où la demande est forte (c’est vrai dans toutes les grandes villes du monde, même à Pékin !). Contenir cette concurrence s’est avéré de plus en plus difficile. Bien sûr, il serait possible que les villes délivrent de nouveau des licences, mais les taxis s’y opposent fermement, menaçant de bloquer la circulation des villes qui s’y risqueraient.

Dans un monde hyper connecté, c’est la technologie qui est venue à la rescousse de cette concurrence. Il suffisait à UberPop de mettre en relation la demande et l’offre par internet pour prendre d’avance les taxis arrêtés au temps du bon vieux téléphone…

Mais un autre problème, très moderne paraît-il, apparaît : c’est le salarié sans contrat de travail. Un salarié sans protection sociale ni congé, sans règle de repos (tant quotidien qu’hebdomadaire) : un salarié sans rien ! Le chauffeur UberPop est amené, dans les faits, à payer son employeur pour travailler. C’était dans l’après-guerre le statut des garçons de café, qui payaient le patron du bistrot pour travailler dans son établissement, et se débrouillaient pour gagner leur vie avec les pourboires ! Sacré retour en arrière quand même…

Si les chauffeurs de taxis continuent à vouloir maintenir la pénurie d’offre par rapport à la demande, les réponses plus ou moins clandestines apparaîtront sous des formes variées. S’ils veulent faire preuve de lucidité, ils devront admettre que l’ajustement de l’offre à la demande est nécessaire, ce qui passe par la délivrance de nouvelles licences… au risque de voir le prix des licences actuelles s’effondrer.

Mais, à ce qu’il paraît, le conflit actuel a conduit les taxis à être un peu plus aimables avec leurs clients. C’est déjà ça.

D.R.

http://www.resistance-politique.fr/taxis-contre-uberpop/
avatar
Résistance politique

Messages : 56
Date d'inscription : 04/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum